ELECRAFT K3

Depuis l’arrivée du Elecraft K3 sur le marché, on sent chez certains fabriquants un sentiment d’urgence. Après des années de domination du marché par Yaesu et cie, en offrant des produits hors de prix dont la technologie avancait à pas de tortue, le K3 a donné un coup de pied au derrière des géants japonais.

La sortie du K3, dont la conception du receveur exploite le plus infime potentiel de tout ce que peut offrir la technologie et l’informatique, ouvre un chapitre nouveau en matière de radio HF.

Bien sûr, le K3 équipé n’est pas donné. En fait, il se trouve hors de prix pour moi en dépassant facilement les 2000$. Mais certains fabriquants ont ajusté le tir.

Le petit monde radioamateur donnait Kenwood pour avoir déserté le hobby lorsque la firme japonaise lancait le TS590S. Le radio a été surnommé « K3 killer » car il offrait nombre de caractéristques du K3, dont un DSP à 32 bits, pour un prix beaucoup plus abordable.

KENWOOD TS590S

De même le 590 possède un port USB, afin de controler le radio par ordinateur. Plusieurs ont pensé que c’était une première dans les radio pour le marché grand public mais en fait, Icom avait innové à ce chapitre avec le IC7200.  (Ajout 12 août: le port USB du 590 permet aussi d’opérer dans les modes dits « carte de son », sans avoir d’interface.)

Son opération est relativement facile, bien que nécéssitant de conserver le manuel sur le bureau, du moins pour les premiers temps. La structure des menus de Kenwood est moins troublante que celle de ses concurrents.

ICOM IC7200

Le port USB du IC7200 permet d’opérer les modes numériques dits « carte de son », soit la grande majorité des modes numériques. Seul le RTTY true FSK ne peut être opéré par ledit port USB. Mais, on peut s’amuser beaucoup avec le AFSK RTTY, soit celui reproduit par carte de son. Pas de besoin donc d’interface numérique! Mais ce 7200 ne possède pas un DSP processing digne de 2012. Son prix est toutefois la moitié du 590.

Le mise en marché du Eagle par Tentec a récemment confirmé que la technologie à grand potentiel venait au secours des signaux difficilement audibles. Aussi doté d’un DSP 32 bits, le Eagle possède un port USB qui permet le controle par ordinateur.

TEN-TEC Eagle

Le Ten-Tec Eagle est d’ailleurs le trésor caché dans ce palmarès. Les ingénieurs de Ten-Tec ont apparemment marié le meilleur de la performance d’un receveur haut de gamme dans un format très réduit aux commandes d’une facilité déconcertante. De nombreux amateurs n’ont même pas lu le manuel (de 32 pages!) de l’appareil, se contentant de visionner le vidéo de 5 minutes sur Youtube, lequel donne un apercu de l’opération du radio.

Après une dizaine d’années d’opération HF, en particulier en CW, je me rends compte que les controles que j’emploie le plus souvent sont la puissance et le bandwith. Ceux-ci sont tout simplement accessibles par un bouton concentrique, pas de menu, sous menu etc… (Note post-publication: le réglage de la puissance ne s’effectue pas par un bouton concentrique, erreur de ma part..)  Son affichage indique en permanence la puissance (à gauche) et le bandwith (à droite). Quel bon travail de Ten-Tec qui a réussi à faire paraître le 590 pour complexe d’opération.

Car le vrai défi est maintenant d’offrir le meilleur de la technologie en facilitant son exploitation. Combien d’amateurs achètent des IC7600 sans en exploiter la moitié du potentiel parce les contrôles sont compliqués?

En fouillant sur le web, car le lecteur doit savoir que il est question ici de l’acquisition d’un nouveau rig HF dont les caractéristiques que je souhaite sont DSP 32 bits, facilité d’emploi et port USB minimalement pour le contrôle du rig, je suis terriblement déçu de constater la lenteur que Yaesu met à réagir. Certes, le nouveau FT950 offre un DSP 32 bits, mais un port SÉRIE pour le rig control?

Comment justifier que des radios modernes se bornent encore à employer des ports série pour le controle du radio? Désormais rayés de ma liste, les Yaesu ne suivent manifestement pas la cadence. En 2012, la devise « plus il y a de boutons, mieux c’est » n’est plus vraie. Sayonara!

Mon choix se portera probablement sur le TS590S ou le Eagle. Ils répondent à tous mes critères: DSP 32 bits, facilité d’emploi par la quasi absence de la dédale de menus à la « YaeCom », ports USB pour le rig control et un prix autour de 2000 millis. Si le budget ne permettait pas, probablement que le IC7200 serait mon choix.

J’oubliais de mentionner que je préfère les radios avec affichage noir sur fond pâle, plus facile à lire à l’extérieur, comme pour un Field day par exemple. Aucun Yaesu ne répond désormais à ce simple critère…

À suivre autour de octobre à moins d’un changement imprévu.

Advertisements